Sa mission

Certains disent de l’Accueil Marthe et Marie que c’est leur deuxième maison, il s’y sentent comme en famille, d’autres un lieu source qui ressource, ceux qui ont participé à une activité repartent dans la joie du moment partagé. Quel est ce lieu d’Eglise qui diffère des paroisses ?

 

  • Un lieu qui favorise la rencontre

Ceux qui viennent à l’Accueil Marthe et Marie empruntent chacun une des portes d’entrée qui se présentent à eux. Il y a les habitués qui passent leurs après-midis, vont à la messe et partagent le goûter offert, ceux qui s’arrêtent sur leur chemin pour y prendre un café. Certains viennent participer à une activité, flâner à l’espace-librairie ou découvrir l’exposition en cours. Il y a également les groupes qui se retrouvent pour une formation ou une réunion.

L’équipe d’accueil et d’animation veille à proposer à ceux qui sont là une ouverture autre que celle qu’ils étaient venus chercher. C’est ainsi que nos propositions se complètent les unes les autres pour s’adresser à la personne tout entière (cœur, corps, esprit) et créer les conditions d’une rencontre. Rencontre avec soi-même, rencontre avec les autres et rencontre avec le Seigneur pour ceux qui le désirent. Réunir les conditions de la rencontre : une belle mission !

Nous aimons laisser raisonner la Parole en Isaïe 43 « tu as du prix à mes yeux, de la valeur et je t’aime. » A l’Accueil Marthe et Marie, il n’y a pas de patient, soignant, personne bien portante ou en difficulté, même si avec délicatesse nous veillons aux besoins plus spécifiques de certains. Prendre le temps avec chacun puis inviter à s’ouvrir aux autres et à la différence, en retrouvant le goût d’un moment de partage à plusieurs, le temps d’une conversation, d’un jeu, d’une activité ou du goûter, une manière pour certains de retrouver un lien social. Chacun est invité à prendre place autour de la table : celle du goûter et/ou celle de l’eucharistie, pour un moment fraternel. C’est ainsi que des liens se tissent, que des échanges et des rencontres, inattendus souvent, ont lieu.

 

  • Un lieu d’écoute, de parole et de regard posé

Accueillir l’autre comme il est, pour ce qu’il est , avec ses fragilités, ses angoisses ou sa colère, ses doutes, ses rêves ou ses attentes. L’écoute prend toute sa place. Ici, les personnes s’autorisent à dire ou se dire ce qui ne peut pas toujours être exprimé dans leur lieu de vie ou auprès de leurs proches. A l’occasion d’un café, à la fin d’une activité ou autour de la table de la rencontre, la parole se libère simplement, en confiance. Des mots sont mis sur l’isolement, la maladie ou le handicap, l’absence ou l’éloignement de la famille, des situations familiales difficiles ou encore l’inquiétude quant à la santé de son conjoint. Nous sommes également témoins de paroles d’émerveillement, d’action de grâce, de mots courageux ou de soulagement.

On parle de la « pastorale de l’oreille » mais nous découvrons ici l’importance de celle du regard. Lorsque le cri est trop grand, la douleur trop forte, il n’y a parfois plus de mot, le silence se fait souffrance mais également présence. C’est alors qu’on est appelé à soutenir l’autre dans son épreuve en soutenant son regard ; se taire et regarder l’autre c’est reconnaître qui il est, ce qu’il vit et l’autoriser à l’exprimer.

 

  • Un lieu témoi d’une foi vivante

Nous aimons relire l’évangile de « Marthe et Marie » comme celui de la rencontre. En effet, au-delà de celle qui s’affaire et celle qui écoute, il y a une personne, le Christ, qui nous rassemble. Rassembler dans cette Maison d’Eglise les petits, les fragiles, les exclus de la société fait également partie de notre mission. Réunir des personnes qui ne se seraient jamais rencontrées. Accueillir aussi ceux qui se croient « grands et forts ». Être témoins de la plus grande misère humaine comme des plus grands émerveillements, un lieu de l’incarnation.

C’est ainsi que l’Accueil Marthe et Marie est pour beaucoup un lieu source qui ressource, un lieu habité. Sans doute pouvons-nous témoigner de ces transformations vécues, de ces expériences de salut, de cette joie bien réelle qui nous habite et se répand aux alentours, ne se limitant pas aux murs de l’établissement.

C’est également un chemin d’humilité et d’humanité lorsque nous touchons du doigt nos limites face à la souffrance. Un beau chemin de croissance grâce à ces personnes qui nous révèlent la capacité d’amour que nous avons en nous. Un chemin de confiance auprès de Celui qui nous accompagne et apaise les coeurs blessés, un chemin d’espérance lorsqu’émerge le « talent » de celui qui croyait ne rien pouvoir apporter aux autres. Chemin de foi également pour ceux qui viennent à l’Accueil Marthe et Marie pour y trouver le repos auprès du Christ dans la chapelle ou auprès de l’équipe. Commence alors un chemin de conversion pour accompagner ces personnes vers les sacrements. Les liens se tissent un peu plus au sein du quartier, du diocèse et avec la paroisse alors que ces catéchumènes sont déjà habités par une foi lumineuse.

L’Accueil Marthe et Marie présente un visage de l’Eglise parfois peu connu, loin de la vie des paroisses. C’est une Eglise modeste qui ose la rencontre, toutes les rencontres. Elle va aux périphéries dans cet élan missionnaire instauré par le pape François, une Eglise qui est signe de joie et d’espérance pour les chrétiens mais également pour les autres. Deo gratias !